Confidences

Je rentre en France après 18 mois à l’étranger

Rentrer en France après 18 mois à l’étranger
Ecrit par Pauline

Demain, c’est le grand jour. Je rentre en France après 18 mois de voyage et de vie à l’étranger. 18 mois sans être jamais rentrée, 18 mois où mes plans plus ou moins établis n’ont fait qu’une chose : changer.

Touriste, je suis.

Je rentre oui, mais pas définitivement. La France est désormais mon lieu de vacances et non de résidence. Oui je rentre, mais seulement pour deux semaines. Deux très courtes semaines pour revoir mes amis, ma famille, ma Normandie. Et surtout pour assister à la communion de ma filleule que je ne souhaitais louper pour rien au monde. Deux semaines où je compte bien manger toutes les spécialités françaises comme une vraie touriste.

Je rentre dans mon pays oui mais j’ai l’impression d’avoir tout oublié de lui. Notre mode de vie, notre état d’esprit, notre climat, même le côté duquel on roule. Je suis excitée à l’idée de rentrer… et j’appréhende aussi. J’ai cette peur de me sentir étrangère dans mon propre pays.

3 vies en 18 mois

Le 6 octobre 2016, je disais donc au revoir à mes proches en imaginant revenir un an et demi ou deux ans plus tard d’un tour du monde, avec des souvenirs plein la tête et le disque dur, et sûrement avec le blues du retour auquel de nombreux tourdumondistes font face. Je reviens avec des souvenirs plein la tête certes, mais pas ceux que j’imaginais. Pas tant de paysages mais des expériences et des rencontres. Quant au blues du retour, cela n’arrivera pas, puisque retour il n’y a pas.

En 18 mois, j’ai l’impression d’avoir vécu 3 vies : celle d’une voyageuse au long cours parcourant l’Asie du Sud-Est de manière assez classique. Puis, premier bouleversement, la vie d’une amoureuse qui fait du sur place pour vivre dans sa désormais deuxième famille en Égypte. Et enfin celle d’une expatriée à Kuala Lumpur, à faire un job dont je ne connaissais rien avant. 3 vies qui me donnent l’impression d’être partie depuis une éternité.

Rentrer en France après 18 mois à l’étranger

J’ai vécu 4 mois dans la famille de mon fiancé, au Caire en Égypte

Le mal du pays ?

Ces derniers temps, j’ai ressenti un sentiment que je ne pensais pas ressentir de si-tôt : le mal du pays. Contre toute attente, la France me manque et travailler dans un pays et une culture si différente de la mienne n’est pas tous les jours facile. Malgré les 21 nationalités qui travaillent pour mon entreprise, pas un seul européen, pas même un voisin. A l’extérieur, c’est pareil. J’ai peu de temps à consacrer à une vie sociale de qualité et les seuls européens que je rencontre sont seulement de passage. Il n’y a pas plus immersif mais il est parfois difficile de se comprendre, d’être sur la même longueur d’onde. Plus d’une fois, je me suis dit que ça n’en valait pas la peine, que je ferais mieux de reprendre mon sac-à-dos et de tailler la route.

Au final je reste parce que la Malaisie est un pays formidable où vivre et j’essaye de me rappeler chaque jour la chance que j’ai de vivre ici et de vivre cette expérience qui ne se présentera sûrement pas deux fois.

Kuala Lumpur, une ville passionnante

Mon retour en France arrive exactement quand j’en ai besoin. Moi qui ai un vrai problème quand on en vient à la communication à distance. Je ne prends pas souvent le temps de contacter mes proches et ça ne m’aide pas franchement. Problème de temps, de décalage horaire, une vie à 100 à l’heure qui me permet très rarement de me poser. Et c’est le cas de tout le monde de nos jours j’ai l’impression. Le problème, c’est peut-être plutôt qu’on ne le prend pas, le temps. Ce qui me donne un terrible sentiment de passer à côté des choses importantes mais aussi des choses futiles qui fondent à elles deux les relations entre humains.

J’ai maintenant besoin d’être dans un environnement que je connais parfaitement. Un environnement qui me rassure et dans lequel je me sens en sécurité. Pas une sécurité physique, mais une sécurité émotionnelle. La langue, les gens, les saveurs… j’ai besoin de ma dose de normalité à moi.

L’excitation de faire découvrir mon pays

Je rentre mais le plus excitant dans tout ça, c’est que je ne rentre pas seule. Je serai accompagnée d’Emam mon fiancé qui n’a encore jamais mis les pieds en France, ni en Europe d’ailleurs. J’ai hâte de le voir s’émerveiller et découvrir la culture française, unique à mon sens. Une belle opportunité de le présenter à mes proches (pour l’instant seule ma mère l’a rencontré) et de lui montrer à quoi ressemblait ma vie lorsque je vivais en France. Une immersion dans mon moi d’avant.

Je rentre en France après 18 mois à l’étranger

Prêt pour un nouveau départ ?

Je pars demain donc. Suivez le voyage en direct sur Instagram Stories.

NEWSLETTER
Ne ratez plus rien...

1 fois par mois, je vous envoie les derniers articles.
Je ne spamme pas, c'est promis !

Invalid email address
Vous pouvez vous désinscrire à tout instant.
  • 56
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Commentaires

  • Bonjour Pauline,

    Bienvenue en France 🙂

    Je pars en Albanie en fin de semaine. Connais-tu ce pays ? Y es-tu déjà allée ?
    As-tu des conseils à me donner ?

    Merci d’avance,

    Marie-Agnès

  • Hello Pauline !

    J’ai l’impression de vivre la même histoire ! Partir en janvier 2017 pour un Tour du Monde ponctué de périodes de travail en PVT… Je me suis arrêtée au bout d’un mois dans une petite idyllique néo zélandaise… repartie quelques mois en vadrouille j’y suis revenue trouvé mes amis, ma carrière, mon copain et je rentre pour quelques semaines en France montrer ma vie à mon copain néo zélandais qui n’a jamais quitté son pays ! Etrange sensation… Profite à fond !!! Départ dans 2 mois pour moi 🙂

    • Oh merci d’avoir partagé ça, c’est vrai que ton histoire est très similaire ! Tu as choisi un endroit encore plus loin de la France que moi 😀 Profite de ton retour en France, perso ça m’a vraiment fait du bien.

  • Génial ! Deux semaines ça va passer super vite !!! C’est chouette que vous veniez tous les deux. Je suis à évreux en ce moment , pas pour longtemps non plus 😉 on se rencontrera peut être en vrai au hasard d’une rue. 🙂 Bon retour ! Ça fait du bien aussi de retrou Ceux qu’on aime , profite !! En plus il fait un temps super 🙂

    • Hey Caroline, ce serait un plaisir de te rencontrer au coin d’une rue ! Je ne pense venir qu’une journée sur Évreux pour voir des potes, si ça te dit d’aller boire un verre, ce serait cool. On se redit sur Insta si c’est jouable suivant quand on vient 😉 Tu repars où toi comme ça ?

Laissez un commentaire

Close