Brésil

Florianópolis et l’Ilha de Santa Catarina : récit d’un trajet… compliqué !

Costão de Santinho
Avatar
Ecrit par Pauline

Mon trajet jusqu’à Florianópolis : une galère !

Mon voyage depuis Paraty a été quelque peu stressant. Comme d’habitude, je ne prévois rien (ou si peu) à l’avance et je prends en général mes transports au moment où je veux partir. Cependant, comme je veux avoir une place « leito » (=lit) dans le bus et qu’il n’y a que 9 places, je trouve plus prudent de réserver le trajet São Paulo – Florianópolis sur Internet. J’envisageais donc de quitter Paraty par le bus de 13h40 pour arriver à São Paulo un peu avant mon bus de nuit. Ça me permettait d’avoir le temps d’aller au toboggan naturel à quelques kilomètres de Paraty.

Le matin, je me réveille tout de même un peu préoccupée. Mon instinct sûrement. Il est tôt et avant de me rendre à la gare routière, je décide de regarder s’il reste des places dans mon bus. Il en reste 1 ! C’est là, que la course contre la montre commence. J’essaye donc de réserver cette unique place sur mon téléphone mais ça ne marche pas. Il me faut un numéro CPF que seuls les brésiliens peuvent avoir. Je cours à la gare, la tête enfarinée et quasiment en pyjama. La place est encore là ! Ouf ! Mais on me demande mon passeport, qu’évidemment je n’ai pas pensé à emmener. Je demande au gars du guichet s’il peut me faire une faveur et bloquer la résa pendant 5 minutes le temps que je récupère mon passeport. Il ne veut rien savoir. Il me conseille de le faire sur Internet en rentrant à l’auberge et d’indiquer une série de 0 pour le CPF… Apparemment c’est une astuce, quand on n’en a pas. Si j’avais su…

Je cours jusqu’à l’auberge et retente sur Internet. Ma page se réactualise automatiquement et ma place a disparu… Le bus est complet ! Je retourne à la gare en courant. Je commence à avoir la tête qui tourne à force de courir dans tous les sens avec cette chaleur et sans rien dans le ventre. Je me dis que c’est sûrement moi qui ai bloqué la dernière place en commençant la réservation sans la terminer. C’est tendu. Le gars du guichet me dit qu’il ne voit rien. J’attends 5 minutes pour voir s’il réapparait de nouveau… Sinon, il faudra que je prenne celui de 9h40 qui est… dans 40 minutes et il ne reste déjà plus que 3 places ! Je reste près du guichet pour être sûre qu’on ne me passe pas devant. 2 filles arrivent et prennent 2 places dans ce bus… Il ne reste donc plus qu’une place ! Je me faufile entre les 2 filles et un homme qui faisait la queue. J’obtiens la dernière place ! L’homme derrière la voulait aussi… Pfiou, c’était moins une !

Gare Paraty

Gare routière de Paraty @blogapaixonadosporviagens

Je cours de nouveau à l’auberge pour faire mon sac et repartir rapidement. Les voisins s’amusent de mes allers et retours. « Arrête de courir », me disent-ils, « détends-toi »… J’aimerais bien mais là, c’est pas le moment d’être lente. J’ai le temps de prendre un petit déj express, de dire au revoir à Cyndelle et Johanna rencontrées à l’auberge et à José, le gérant, et de packer mes affaires n’importe comment.

J’arrive à la gare toute transpirante et essoufflée. Mais j’y suis ! Tant pis pour le reste de la visite de Paraty, ce sera pour une prochaine fois.

Je me trouve à côté d’un homme à l’odeur difficilement supportable et devant une dame énorme crachant ses poumons et faisant vibrer mon siège à chaque mouvement… 6 heures, ça va être long !

J’arrive à São Paulo, enfin ! Impossible d’avoir du WIFI dans la gare alors que j’ai presque 5 heures à attendre.  1 heure avant de partir, je pars chercher mon ticket et on me dit qu’il y a un accès internet dans le salon VIP de Catarinense, ma compagnie de bus. Bon, je n’en profiterai pas beaucoup mais ça me permet de voir un peu comment je dois m’organiser à Florianópolis pour atteindre ma destination finale. Peu d’infos… je verrai en arrivant.

Les bus « leito » : des bus de luxe

Je m’installe dans le bus où, ô joie, il y a le WIFI. Mais il est tellement lent que je ne peux utiliser que What’s app. Ça m’occupera un moment.

Je suis super bien installer. En fait, dans tous les bus longues distances comme ceux de la compagnie Catarinense, il y a le choix entre des places « semi-leito » à l’étage, et des places « leito » en bas. Il n’y a que 9 places en « leito » et elles coûtent chères, mais on m’avait conseillé de plutôt prendre ça pour le confort, pouvoir dormir un peu et pour la sécurité.

Bus Catarinense

Les bus Catarinense

On nous offre un oreiller, une couverture et des petits gâteaux une fois installés. Comme dans l’avion. Il y a même de l’eau fraiche à disposition dans un mini réfrigérateur et une mini machine à café. Pas mal !

Florianópolis (ou Floripa pour les intimes) et l’Ilha Santa Catarina

Le temps est digne de la Normandie lorsque j’arrive à Florianópolis : pluie et ciel gris. Le climat s’améliorera par la suite.

Accès à la plage de Jurerê

Je dois prendre 2 bus pour arriver à la plage de Jurerê, au nord de l’Ilha de Santa Catarina, où j’ai réservé un hôtel, un vrai pour changer. Je me rends dans une autre gare à 3 minutes de marche où je dois prendre un premier bus. On me dit de prendre le bus n°221. Le problème c’est que je ne sais absolument pas où m’arrêter. Je demande à  une première dame qui refuse de m’adresser la parole (bienvenue !) mais une autre personne me répondra. En fait, l’île est organisée en plusieurs terminaux intermédiaires qui desservent les différentes zones. Pour le Nord, c’est le terminal Santo Antonio auquel il faut que je me rende. Je prends ensuite un autre bus qui m’emmènera jusqu’à la plage de Jurerê. Le chauffeur m’aidera à savoir où m’arrêter.

L’hôtel est génial. Je n’ai pas qu’une chambre mais carrément un appartement avec terrasse et vue sur la mer. Il y a une piscine chauffée, un accès privé à la plage et un petit déjeuner de grand luxe (j’y ai goûté la meilleure omelette de ma vie !). Je profite quasiment de l’endroit pour moi toute seule. C’est la basse saison et il y a très peu de touristes.

Que faire sur l’Ilha de Santa Catarina

Fortaleza de São José da Ponta Grossa

Je marche le long de la plage de Jurerê jusqu’à atteindre un ancien fort qui peut se visiter pour quelques reales. Il s’agit de la Fortaleza de São José da Ponta Grossa. L’endroit est sympa, avec une vue surplombant la côte et vous verrez peut-être passer un bateau pirate criant « Dis-moi ton nom ! Dis-moi ton nom, ou je te tranche la gorge ! » aux touristes qui font une balade pittoresque.

Santinho

Sur les conseils du chef cuisinier de l’hôtel, je suis partie passée une après-midi à Santinho où il y a des randos sympas à faire. Il est déjà tard, alors je ne profiterai que d’une petite partie. La plage se situe entre 2 monts. Deux randonnées sont accessibles sur le Morro da Aranha, au sud. Le parcours commence par des peintures rupestres qui datent de 5000 ans. Impressionnant ! Il y a tout un parcours explicatif et un mini musée en plein air qui explique les différentes interprétations possibles des peintures et où on peut trouver d’autres au Brésil. Ensuite commence la randonnée mais j’avoue n’avoir parcouru que quelques mètres. J’étais davantage fascinée par les pêcheurs au filet et je les ai observés longtemps de là-haut. Sans compter qu’il était déjà tard et que les moustiques commençaient à sérieusement me manger.

Santinho et son site préhistorique

Santinho et son site préhistorique

Le paysage de la première partie de la rando me suffit déjà. Un mixte d’océan, de montagnes, de plages et de dunes de sables. J’adore.

Je repars à l’hôtel, je profite de la piscine pour moi toute seule et  du room service à un prix très correct. Le lendemain, je décide de profiter encore un peu de l’hôtel pour me reposer et travailler tranquillement. J’aime beaucoup cet endroit.

Mais il est déjà temps de repartir pour… Les chutes d’Iguaçu !

Infos pratiques

Transport

Paraty – São Paulo (Compagnie Reunidas) (6 heures)
70 R$

São Paulo – Florianópolis (Compagnie Catarinense) (12 heures)
Semi leito : 140 R$
Leito : 275 R$

Hôtel

Sete Ilhas (environ 80 € la nuit) : j’ai adoré cet hôtel qui est en fait un complexe d’appartements qui donne directement sur la plage. Vous pourrez y profiter d’une piscine chauffée et d’un restaurant de grande qualité. Le petit déj est une tuerie.

Visiter le Brésil en 2 minutes en vidéo

Enregistrer

Enregistrer

  • 20
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Close