#Voyager seule Maroc

Étudier et voyager : l’expérience d’Armelle au Maroc

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc
Ecrit par Pauline

Je vous emmène à la rencontre d’Armelle, partie seule au Maroc pour y faire un stage. Cette jeune étudiante n’en est pas à sa première expérience à l’étranger. Elle nous raconte son parcours entre études et voyages.

Bonjour Armelle. D’abord, raconte-nous qui es-tu, quel âge as-tu, que fais-tu dans la vie ?

J’ai 21 ans. Je suis étudiante en Master Relations Interculturelles et Coopération Internationale à l’université de Lille 3. Depuis avril, je fais un stage à l’Institut français du Maroc d’Oujda en tant qu’assistante culturelle dans le cadre de mon master.

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc

Zegzel

Pourquoi as-tu décidé de partir à l’étranger ?

Voyager et rencontrer d’autres cultures, c’est quelque chose qui m’intéressait déjà à l’origine. J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’étudier un an à Chypre dans le cadre du programme Erasmus. Cette expérience n’a fait qu’accentuer mon envie de voyager. Du coup, faire mon stage de fin de M1 à l’étranger m’a paru évident.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de choisir le Maroc plutôt qu’un autre pays ?

Toute occasion de voyager est bonne à prendre. Mon master étant orienté sur l’interculturalité, cela m’est apparu d’autant plus judicieux d’effectuer mon stage à l’étranger. Cependant le Maroc n’était pas mon premier choix, c’était même un endroit que j’avais éliminé parce que j’y avais déjà été et je pensais qu’il serait plus intéressant de découvrir un nouvel endroit. Puis je suis tombée sur l’annonce de stage à l’Institut français. Il devenait urgent de prendre une décision. M’étant spécialisée sur « Afrique – monde arabe » cette année, les destinations étaient un peu limitées en raisons du contexte actuel. Du coup je me suis dit que ça ne serait finalement pas une mauvaise chose de retourner au Maroc et que cela me permettrait dans la foulée d’améliorer mon niveau d’arabe. Le fait que pas mal de mes camarades aient choisi cette destination a aussi influencé mon choix.

Y a-t-il des choses qui t’ont étonné dans le monde du travail marocain ?

L’avantage de travailler à l’Institut français et que l’on baigne dans un environnement interculturel très enrichissant. J’ai constaté ici  que le contact est très important. Envoyer un mail par exemple ne garantit pas d’avoir une réponse tandis qu’un coup de fil voire même se déplacer sera plus apprécié car moins impersonnel.

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc

Figuig

Et dans la vie de tous les jours ?

Ce qui m’a étonné c’est la façon dont les gens ici sont très protecteurs envers les femmes. Je sais que le Maroc est une société plutôt patriarcale mais cela m’a tout de même frappé si bien qu’au début, j’avais d’une certaine façon intégré cette angoisse et je n’osais pas m’aventurer seule dans la ville.

Par ailleurs j’ai été étonnée par la chaleur des gens. J’ai le sentiment d’avoir été adopté très vite et je me suis par conséquent vite sentie comme en famille.

Seul petit bémol : la notion de vie privée est beaucoup moins présente qu’en France et il est parfois difficile pour les gens de concevoir l’idée que l’on puisse avoir besoin de prendre du temps pour soi.

Enfin se faire interpeler dans la rue quand on est une femme est totalement admis ici. C’est normal d’entendre des commentaires sur son passage. Cela existait aussi à Chypre mais dans une moindre mesure. En général ça ne va pas plus loin, il faut juste apprendre à faire abstraction.

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc

Les rues de Chefchaouen

Tu y es allée pour une période bien définie. As-tu envie de rester plus longtemps que prévu ?

J’aurai en tout passé un peu plus de 4 mois à Oujda. Mon stage se termine le 31 juillet mais j’envisage de prolonger mon séjour jusque mi-août. J’ai fini par m’attacher à Oujda et aux personnes que j’y ai rencontrées. J’ai maintenant mes habitudes dans cette ville. De plus j’ai mis un peu plus de temps que lors de mon expérience à Chypre avant de réellement m’adapter à ma vie au Maroc (presque 1 mois). C’est pourquoi je souhaitais prendre du temps pour profiter encore un peu et visiter le Maroc après avoir fini le travail.

Avais-tu déjà voyagé seule avant ?

Oui, mon premier voyage seule remonte à 2014, quand je suis partie finir ma licence d’anglais à Nicosie à Chypre. Au début j’appréhendais de rester 2 semestres d’autant plus que je n’avais fait la demande que pour un. Au final c’est passé très vite et je me sens encore profondément attachée à cette île. Cette expérience m’a permis de renouer avec mes origines méditerranéennes et j’ai appris énormément sur moi-même.

Au final, as-tu préféré tes voyages en solo ou en groupe ?

En général je préfère les voyages en solo car c’est là que l’on fait les meilleures rencontres.  C’est lors de voyages solo que j’ai lié mes amitiés les plus fortes. On va plus facilement vers les autres quand on est seule et le voyage en est d’autant plus enrichissant. C’est aussi en voyageant seule que j’ai le plus appris sur moi-même. Je me suis rendue compte que je sous-estimais ma sociabilité par exemple, ça m’a permis de prendre de l’assurance. J’ai aussi quelquefois eu l’occasion de voyager à deux et c’est super quand on est sur la même longueur d’onde mais au-delà j’ai le sentiment de moins profiter.

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc

La kasbah de Chefchaouen

Recommanderais-tu aux femmes de voyager seules au Maroc ?

Me concernant j’ai été très bien entourée dès mon arrivée ce qui m’a permis de m’habituer à mon rythme et de faire rapidement des rencontres. Les quelques fois où j’ai voyagé seule en dehors d’Oujda cela s’est bien passé. Bien que je comprenne quelques phrases de base en arabe, je suis loin d’être bilingue mais la langue n’a jamais été une barrière insurmontable. Les gens sont toujours très prompts à communiquer ou à aider si besoin. Le tout est de bien préparer son voyage, savoir où l’on va et se renseigner sur les prix au préalable dans la mesure du possible afin d’éviter les mauvaises surprises. En dehors des grandes villes il vaut mieux éviter de sortir seule le soir. Mais je pense que le plus important est d’y aller sans a priori car c’est plus angoissant qu’autre chose et ceux-ci s’avèrent généralement faux.

Pour toi, quels sont les incontournables à voir lors d’un voyage au Maroc ?

Le Maroc est un pays au patrimoine naturel et culturel très diversifié. J’avais déjà eu l’occasion de venir dans le cadre d’un voyage organisé. A l’époque nous avions fait le tour des grandes villes notamment Marrakech, Casablanca, et Fès. Cette fois j’ai eu l’occasion de découvrir un Maroc que je ne connaissais pas et différent de l’image que l’on nous vend habituellement.

Concernant la région de l’Oriental dans laquelle j’habite, Figuig est selon moi incontournable. Cette ville m’a marqué pour son coté atypique. Contrairement aux autres villes marocaines, cette ville-oasis  n’a pas été bâtie à l’intérieur d’une médina mais est organisée en différents ksour (quartier fortifié berbère). C’est aussi une ville qui souffre malheureusement du délaissement. Plusieurs projets de rénovations (initiative individuelle ou via la coopération décentralisée) sont cependant en cours. L’idéal est de visiter Figuig en automne car le climat y est plus doux. L’Oriental  est en plein essor depuis  quelques années et mérite vraiment d’être plus connue. Elle reflète à elle seule la diversité du patrimoine naturel marocain. On y trouve la mer, la montagne et le désert.

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc

Vue sur le village de Chefchaouen

Mais d’après tout ce que j’ai vu pour le moment, la visite incontournable est Chefchaouen. C’est un petit village à flanc de montagne connue pour ses maisons bleues. En plus le village se situe à une trentaine de kilomètre du parc naturel de Talassemtane reconnu pour la richesse de sa faune et de sa flore. Pour ceux qui aiment la nature c’est l’endroit parfait. De nombreux chemins de randonnée y ont été aménagés notamment vers les cascades d’Akchour ou le pont de Dieu.

Si l’on s’aventure plutôt dans le nord, l’influence espagnole est encore perceptible dans l’architecture notamment à Tanger ou à Tétouan. C’est une ambiance différente mais tout aussi agréable.

Des questions, réactions ? Laissez-nous un commentaire plus bas…

Épingle cet article sur Pinterest :

Voyager et étudier - l'expérience d'Armelle au Maroc

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos de l'auteur

Pauline

Pauline partage les secrets de fabrication de ses voyages pour faire de toi un voyageur expert. Spécialiste des voyages en solo au féminin.

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Close